Avant de commencer nos explications, savez vous différencier les principaux types de lésions musculaires ?

Elles peuvent être catégorisées en trois groupe :

  • Les lésions de grade 1 qui correspond à l’élongation avec un maximum de 5 % des fibres lésées
  • Les lésions de grade 2 reflétant une déchirure partielle
  • Les lésions de grade 3 traduisant une déchirure complète ou désinsertion

 

  • Qu’est-ce qu’une élongation ? 

Souvent difficile à préciser, il existe pour ce type de lésion une définition controversée. La definition clinique voudrait que l’élongation soit : l’étirement d’un muscle, au-delà de ses normes physiologiques, à la limite de la tolérance et de son élasticité. Dans cette definition l’élongation est un allongement anormal, un étirement anormal des fibres musculaires. Il n’y a pas de rupture des fibres musculaires, donc pas de plaie, pas de saignement donc pas d’hématome ni ecchymose.

L’autre définition voudrait qu’une élongation soit une déchirure d’un certain nombre de fibres musculaires. Géneralement, la lésion peut être précisée par la détection d’une zone hypo-échogène en echographie (renvoie moins fortement le son que les structures environnantes. En pratique se présente comme des zones foncées, grises sombres, sur l'écran de l' échographe)

  • Quels sont les symptômes d’une élongation ?

L’élongation ne génère qu’une impotence fonctionnelle modérée, n’empêchant nullement de poursuivre à un rythme plus lent l’activité physique. La douleur est d’intensité moyenne, survenant brusquement au cours de l’exercice. La personne peut donc poursuivre son activité mais les appels ou implusions deviennent sans efficacité.

La douleur se répartie generalement sur toute la longueur du muscle qui a été étiré au delà de la limite de son elasticité. La fonction du muscle est conservée mais diminuée et en particulier sa contraction rapide est difficile, voire impossible.

A la palpation, on peut trouver un muscle chaud sur toute sa longueur, restant douloureux même au repos. Son relief est d’aspect normal.

 

Quoiqu’il en soit, c’est l’accident musculaire ou la reprise de l’activité sportive ne doit être autorisée que lorsque la chaleur aura totalement disparue. De toute évidence, c’est la porte ouverte à un accident plus grave : claquage ou déchirure (des thèmes que nous aboderons dans notre prochaine article).

  • Quels traitement contres les élongations ?

De 48 à 72Heures

-Mise au repos

- Séances de Cryothérapie corps entier à réaliser le plus rapidement possible après l’apparition des premiers symptômes dans le but de réduire significativement la douleur.

- Contention souple non adhésive avec emplatre (cataplasme d’alumine)

- Drainage lymphatique manuel

Après la période aiguë

-Séances de cryothérapie corps entier afin de stimuler la cicatrisation de la lésion et éviter le phénomène de boiterie qui pourrait survenir en cas de douleur.

-electrothérapie antalgique

-massage doux décontractant à distance, de type drainage lymphatique, puis après quelques jours avec pommade révulsive et progressivement intensifié

-exercices isométriques progressifs (consistent à contracter les muscles pendant une certaine période de temps sans en changer la longueur. Il n'est pas question d'effectuer un quelconque mouvement lors de la contraction mais, plutôt, de garder le muscle contracté et immobile)

- exercices d’étirement (stretching) passifs, progressifs et prudents

-renforcement musculaire progressif en concentrique (  c'est le mouvement actif en musculation, celui où on va soulever, forcer, on est sur le raccourcissement du muscle)

 

Après 8-10 jours

-US (ultra-son)

-MTP (massages transverses profonds)

-Travail musculaire concentrique

-Etirements passifs et actifs

-reprise progressive des activités sportives et des exercices excentriques (le mouvement excentrique, contrairement au mouvement concentrique est celui où on va relâcher et non pas pousser. C'est un mouvement d'étirement musculaire). Dès que la douleur et la contracture ont disparu, tout mouvement brutal devant être évité de toute façon pendant 2 à 3 semaines.

-Des séances de cryothérapie corps entier pourront être positionnées en reprise des activités sportives duant les 2 à 3 semaines suivant le retour. L'objectif est de prevenir de la rechute. 

 

Remarques

-Ne pas masser sur le terrain au moment de l’accident et eviter de tester le muscle à ce moment : cela pourrait entrainer une aggravation avec rupture de certaines fibres.

-Si l’intervention est tardive (1 ou 2 semaines après le traumatisme, le blessé ne l’ayant pas pris au serieux et ne s’inquiétant qu’à posteriori d’une gêne fonctionnelle persistante) :

- Séances de cryotherapie corps entier

-Rééducation musculaire progressive et stretching

- ++ massages circulatoires et défibrosants de la lésion

 

Sources

Thérapeutique des accidents musculaire du sportif – Étude clinique et diagnostic- S. Bamas

Vade-mecum de kinésithérapie et rééducation fonctionnelle – 7eme édition – Yves Xhardez

 

Contactez CRYO Advance
Lyon 6. 06 72 07 14 22
Lyon 7. 06 87 42 39 63
 Bourgoin-Jallieu. 06 21 23 61 57
 Annecy. 06 17 66 22 88
Beaucoup de prestations différentes

Nombreux soins et techniques complémentaires pour votre santé, votre pratique sportive et votre bien-être

LoSuivi médical personnalisérem

Mise en place de protocoles adaptés à votre situation. Au besoin prise de contact avec votre équipe médicale ou professionnels du sport (médecins, kinésithérapeutes, préparateur physique).

Lorem

Tous nos centres CRYO Advance sont intégrés à des équipes et structures médicales